Thérapie continue de remplacement rénal (TCRR ou CRRT)

Les traitements de CRRT sont des outils thérapeutiques utilisés quotidiennement en réanimation avec plus de 100 000 traitements réalisés dans le monde chaque année. Ils sont utilisés en cas de défaillance rénale aiguë.

hf440 device hospital

Différentes techniques de CRRT sont disponibles telles que :

Ultrafiltration continue lente

SCUF

dans les cas de

  • Surcharge hydrosodée
  • Insuffisance cardiaque congestive
  • Défaillance rénale aigüe

Le SCUF est utilisé pour enlever l’eau du corps des patients en cas de surcharge hydrosodée. Cela permet de réduire la pression dans le corps, plus spécifiquement sur le cœur, en enlevant l’eau, qui accumulée dans certains organes tels les poumons, pouvant créer des œdèmes.

Le SCUF est généralement réalisé de 4 à 24 heures jusqu’à ce que l’équilibre hydrosodé du patient soit atteint.

Techniquement parlant

scuf-slow-continuous-ultrafiltration-icon

En SCUF, le sang passe à travers un hémofiltre qui permet de filtrer l’eau, ainsi que d’autres substances qui dans ce cas ne sont pas significatives. La quantité d’eau est retirée à un débit qui est bien toléré par le patient et il n’y a besoin d’aucune compensation pour la perte éventuelle d’autres substances.

Continuous Veno-Venous Hemofiltration

CVVH

dans les cas de

  • Surcharge hydrosodée
  • Insuffisance cardiaque congestive
  • Défaillance rénale aigüe
  • Syndrome d’écrasement
  • Acidose lactique

La CVVH permet de retirer toutes les substances qui sont normalement filtrées par le rein, comme l’eau, l’urée, la créatinine, les sels mais aussi des substances de taille moyenne qui résultent d’un dommage cellulaire et sont souvent néphrotoxiques.

Cette thérapie est généralement effectuée en continu 24H/24H jusqu’à ce que la fonction rénale soit rétablie, ce qui peut prendre de 2 - 3 jours et jusqu’à 2 - 3 semaines.

Techniquement parlant

cvvh-continuous-veno-venous-hemofiltration-icon

En CVVH, le sang passe à travers un hémofiltre qui permet de filtrer l’eau ainsi que d’autres substances importantes, telles que les sels, l’urée, la créatinine ou des molécules de taille moyenne ; le fluide ainsi obtenu s’appelle l’ultrafiltrat. Il est évacué à un débit qui permet d’atteindre la clairance requise pour les substances choisies. Comme ce débit est souvent trop important un fluide de substitution est injecté dans le sang afin de compenser les éventuelles pertes, telles que celles de l’eau.

Continuous Veno-Venous HemoDialysis

CVVHD

dans les cas de

  • Défaillance rénale aigüe
  • Acidose lactique

La CVVHD permet d’enlever les substances qui sont les plus communément filtrées par le rein telles que l’eau, l’urée, la créatinine ou les sels. Cela permet aussi de retirer certaines substances de taille moyenne qui résultent d’un dommage cellulaire mais cependant moins efficacement que la CVVH.

C’est une thérapie qui est généralement appliquée en continu 24H/24H jusqu’au recouvrement de la fonction rénale, ce qui peut prendre de 2 - 3 jours et jusqu’à 2-3 semaines.

Techniquement parlant

cvvhd-continuous-veno-venous-hemodialysis-icon

En CVVHD, le sang passe à travers un dialyseur pendant que le dialysat est injecté de l'autre côté de la membrane semi-perméable à travers laquelle la concentration de différentes substances de petite taille aura tendance à s'équilibrer par ce qu’on appelle diffusion ou osmose. Les substances qui doivent être enlevées du sang vont migrer dans le dialysat rejeté. Le retrait d’eau est ajouté au processus de diffusion en retirant plus de dialysat que l’on en injecte, la différence sera alors le volume d’eau enlevé dans le sang par filtration.

Continuous VenoVenous HemoDiaFiltration

CVVHDF

dans les cas de

  • Surcharge hydrosodée
  • Insuffisance cardiaque congestive
  • Défaillance rénale aigüe

La CVVHDF est une combinaison de l’hémofiltration et de l’hémodialyse qui peut être préférée à ces deux méthodes. Les raisons pour cela sont, par exemple, une plus grande clairance des substances de taille moyenne comparée à une simple hémodialyse ou une dépendance moins importante au débit sang qu’en l’hémofiltration.

C’est une thérapie qui est généralement appliquée en continu 24H/24H jusqu’au recouvrement de la fonction rénale, ce qui peut prendre de 2 - 3 jours et jusqu’à 2-3 semaines.

Techniquement parlant

cvvhdf-continuous-veno-venous-hemodiafiltration-icon

En CVVHDF, le sang passe à travers un hémo(dia)filtre pendant que le dialysat est injecté de l’autre côté de la membrane semi-perméable. Durant le traitement, une quantité importante d’ultrafiltrat est aussi retirée du sang, ce qui combine les processus de filtration et de dialyse. En CVVHDF un liquide de substitution doit être injecté pour compenser le débit de filtration.

Un peu d'Histoire

Les techniques de CRRT sont des outils thérapeutiques quotidiens en réanimation, l’histoire a commencé dans les années soixante-dix.

En 1977, le Dr Peter KRAMER a été le premier à décrire ce type de thérapie dans la littérature. On lui a donné le nom de CAVH (Continuous Arterio-Venous Hemofiltration) parce que le sang était transporté d’une artère à une veine via un hémofiltre. Le débit d’ultrafiltration était contrôlé en levant ou en baissant la poche de rejet, ce qui permettait de modifier la pressure transmembranaire (PTM).

En raison de l’hypotension chez certains patients critiques, la méthode arterio-veineuse qui utilise la différence de pression entre l’artère et la veine pour créer le débit sang est souvent trop faible et limite le débit d’ultrafiltrat en-dessous des valeurs nécessaires.

En 1982, les autorités américaines (Food and Drug Administration, USA) ont approuvé le CAVH.

Depuis le début des années 80, une pompe à sang et un cathéter à double lumière sont utilisés dans une veine large pour fournir un débit sang constant et suffisamment élevé pour obtenir un débit d’ultrafiltration adéquate. Cette technique est depuis lors appelée Veno-veineuse, elle a été adoptée et améliorée pour devenir la plus standard en CRRT.

Dans les années 90, les premières machines complétement automatiques ont été créées et elles sont immédiatement devenues populaires dans les services de réanimation.

Depuis le début des années 2000, la technologie a été améliorée pour obtenir de meilleurs résultats cliniques et atteindre niveau de sécurité élevé pour les patients. Avec cette philosophie en tête, Infomed a créé de nouveaux systèmes tels que :

  • De plus hauts débits pour de meilleures clairances
  • De nouvelles thérapies telles que le CPFA
  • Une optimisation du débit sang
  • L’affichage des valeurs graphiques du traitement à tout moment

En 2002, le groupe ADQI (Adequate Dialysis Quality Initiative) donne la première définition de consensus de l’ARF (Acute Renal Failure = Défaillance rénale aiguë), la principale raison d’utiliser les techniques de CRRT. Plus tard le terme AKI (Acute kidney Injury = Insuffisance rénale aiguë) apparait comme synonyme.


Actualités



dimi sofa

Hémodialyse à domicile

C’est plus de flexibilité et plus de liberté pour le patient. Les traitements sont réalisés à domicile selon l’emploi du temps définit par le patient lui-même. Cela peut être réalisé en soirée,de nuit ou à un moment plus opportun.

infomed in congress

Evènement

Au vu de la situation sanitaire actuelle, la plupart de nos congrès planifiés en 2020 ont été annulés. Nous vous invitons à suivre attentivement notre onglet évènements pour suivre la situation en direct.

infomed news covid19

COVID 19

La pandémie de la COVID19 a engendré une crise mondiale, Infomed travaille chaque jour pour soutenir ses partenaires. Nous restons à votre disposition afin de répondre à vos demandes sur nos solutions de CRRT pour la réanimation.

lacsol injection bag

Une nouvelle gamme de solutés

Découvrez les nouvelles formules adaptées aux besoins des patients avec deux nouvelles références pour chaque gamme de soluté : LACSOL pour les solutions au lactate et BICSOL pour celles au bicarbonate. Toutes nos poches de 5 litres sont sans phthalates ni latex avec une connexion standard luer-lock femelle.

dimi stand for bag

Support de poches DIMI

L’option support de poches pour DIMI permet à l’utilisateur d’installer jusqu’à 40 litres de dialysat plus les poches de rejets. Le support de poches offre un nouvel accès aux traitements longue durée ou nécessitant une grande quantité de fluide. Avec le support, le patient peut préparer facilement son traitement en position assise.